Besoin de nouveaux défis ?
Découvrez ce que le métier de contremaître peut vous offrir !

Lire la suite

Envie de découvrir une nouvelle profession ?
Devenez électromécanicien.

Lire la suite

Désireux de mettre vos talents de gestion à profit ?
Découvrez le métier de planificateur de production !

Lire la suite

Désireux de vous sentir impliqué de façon quotidienne dans des projets industriels ?
Choisissez le poste d’ouvrier.

Lire la suite

Le Canada est, par sa proximité géographique, le partenaire naturel des États-Unis, et ce, même si beaucoup d’experts disaient il y a quelques années que l’avenir des États-Unis était en Chine. Certains d’entre eux préconisaient même une délocalisation totale de l’activité manufacturière vers la Chine pour une réduction des coûts de production, et du déficit commercial. Malgré cela, on constate aujourd’hui que le volume des échanges entre les entreprises manufacturières des deux côtés de la frontière ne cesse de croître, offrant ainsi diverses opportunités, surtout pour les manufacturiers américains, et leurs sous-traitants. Voici pourquoi en 3 points:

Lire la suite

Denis Dupont, président du Groupe Hyperforme, était présent au centre de formation Pozer pour donner sa conférence aux finissants en vente-conseil et représentation. Celle-ci portait sur l’attitude à adopter dans le domaine de la vente et dans la vie en général. Une tradition qui perdure depuis déjà une 3 années consécutive.

Voici quelques témoignages de finissants qui étaient sur place.

Bon succès à tous !

Lire la suite

Le ministre des Finances du Québec Carlos Leitão dépose à son tour le budget pour l’exercice 2017-2018. À l’issue d’une récente période de coupures et d’équilibre budgétaire, le Plan économique du Québec prévoit dorénavant un financement considérable pour le développement commercial et économique.

Pour l’industrie manufacturière, le coup de pouce à l’intégration des immigrants, l’injection de fonds dans les régions, ainsi que le soutien au virage numérique sont des mesures qui retiennent l’attention.

Lire la suite

Remplir son carnet de commandes est un exercice technique qui laisse peu de place à l’improvisation, et ce, spécialement dans le secteur manufacturier où la concurrence est très vive.
En effet, ce secteur économique doit faire face aux défis de la mondialisation des marchés, la fluctuation de la devise, et à la concurrence des pays émergents, ce qui oblige plusieurs manufacturiers à investir en tout temps dans les machines, l’équipement, l’innovation, la recherche, et le développement des affaires. C’est donc beaucoup de moyens financiers et humains nécessaires, mais malheureusement loin d’être à la portée de toutes les petites ou moyennes entreprises manufacturières. Celles-ci doivent, au contraire, se réinventer à chaque jour pour espérer se démarquer de la concurrence, et s’imposer ainsi sur le marché. Voici comment y arriver en 4 points essentiels :
 

1- La connaissance du marché 

Remplir son carnet de commandes doit impérativement passer par la connaissance du marché, du contexte économique dans lequel l’entreprise opère, ainsi que les prévisions du secteur pour les cinq prochaines années. Effectivement, les tendances technologiques peuvent transformer les marchés en un laps de temps très court, et l’entreprise manufacturière doit s’y préparer en anticipant sur toutes les évolutions possibles. Ceci lui permettra de se positionner très rapidement sur le marché, grâce à une stratégie commerciale bien affutée et prête à cibler tous les clients potentiels.

 

2- L’image de marque, ou l’art de se démarquer

Avec la mondialisation et la concurrence actuelle, il y a tout intérêt à communiquer pour conquérir de nouveaux marchés, et garantir ainsi une prospérité et pérennité. Il est donc bien loin le temps de l’entreprise manufacturière muette et silencieuse. Aujourd’hui, c’est celui de l’entreprise communicante sur elle-même, sur ses produits, sur ses ressources, et sur l’expérience de ses clients. De ce fait, elle peut conforter sa notoriété, et susciter autour d’elle un climat de confiance et de sympathie favorable à sa croissance.

3- Le développement des affaires intelligent

Une clientèle fidélisée assure certainement un roulement des commandes, mais si l’objectif d’une entreprise manufacturière est d’augmenter ses revenus, ou de se donner un nouveau positionnement stratégique pour le développement, et la croissance, il lui serait en tout temps nécessaire de posséder de solides compétences en développement, orientées spécifiquement vers l’industrie manufacturière.  En effet, la particularité de cette industrie exige la lecture de données précises, et indispensables à la promotion de l’entreprise dans les secteurs stratégiques. Le recours aux services d’experts en développement des affaires industrielles est l’une des solutions les plus efficaces pour accroître ses revenus, tout en économisant sur les coûts d’élaboration et de mise en œuvre de la stratégie de vente.

 

4- Le regroupement d’entreprises

Face aux exigences d’un marché très compétitif, plusieurs entreprises manufacturières déploient d’importants efforts afin d’augmenter leurs gains, et de poursuivre ainsi leur croissance sereinement. Ainsi, en investissant dans de nouvelles machines, et dans un matériel technologiquement plus avancée, elles réussissent à augmenter leur productivité, mais cela reste souvent insuffisant pour générer plus de profits. Effectivement, en plus des coûts d’exploitation et de production, les coûts liés à la prospection de nouveaux marchés deviennent de plus en plus difficiles à assumer, surtout dans les cas des petites entreprises. Pour cette raison, certaines d’entre-elles choisissent de faire partie d’un regroupement d’entreprises offrant à ses membres des occasions uniques de partenariats stratégiques, tout en les faisant profiter d’un réseau bien structuré, et d’un accès direct vers de nouveaux marchés.

Qui est le Groupe Hyperforme ?

Le Groupe Hyperforme est un regroupement qui propose un service unique en développement des affaires, ce qui vous permettra de dynamiser vos ventes, et par le fait même d’accroître vos revenus. Il propose également une solution globale de sous-traitance industrielle qui vise à accroître la productivité et la performance de votre entreprise, tout en respectant d’excellents standards de qualité.

Communiquez avec le Groupe Hyperforme pour une évaluation gratuite de votre projet sans engagement de votre part.
Pour lire d’autres articles, cliquez ici.

 

Dans le secteur industriel, l’impartition peut revêtir différentes formes. Dans la plupart des cas, elle concerne surtout la sous-traitance de certaines tâches faisant partie intégrante du processus de production. Mais elle peut également concerner des secteurs moins techniques, comme la force de vente. Cependant, confier le développement de marché et la prospection de son entreprise à une entité tierce nécessite, pour les deux parties, de respecter un certain nombre de conditions pour le succès de ce type de collaboration. Ces conditions gagnantes peuvent s’identifier à travers trois pôles : le donneur d’ordre, le sous-traitant et les facteurs relationnels.

Lire la suite

Investir pour faire face à l’avenir

Le gouvernement fédéral a récemment déposé son budget pour l’exercice financier 2017-18 et l’orientation est claire : l’innovation est au premier plan. Bon nombre d’analystes s’attendent dans un avenir rapproché à une automatisation de la majorité des emplois du secteur industriel.

Le budget Morneau a été rédigé en réaction à ces prévisions. Son objectif : « rendre notre économie plus innovante et préparer les Canadiens pour cette occasion prometteuse. » (Bill Morneau, période de questions aux Communes, 7 mars 2017)

Pour le ministre des Finances, ça ne fait aucun doute : si le Canada veut maintenir une position enviable sur les marchés internationaux, il faut investir tout de suite dans la modernisation de la production et dans les technologies. Entre en scène le Plan pour l’innovation et les compétences.

L’innovation en 5 points

Pour le gouvernement fédéral, être le centre mondial de l’innovation dans six secteurs de croissance devient un objectif à atteindre: la fabrication de pointe, l’agroalimentaire, les technologies propres, les industries numériques, les sciences biologiques et de la santé, ainsi que les ressources propres.

Pour les entreprises, le plan veut dire un accès plus facile et plus rapide aux programmes d’aide aux innovateurs. Ces mêmes mesures feront d’ailleurs l’objet d’un examen afin de confirmer qu’elles répondent bien à la demande.

Du même coup, il y aura augmentation du capital du risque de près de 400 millions$ en 3 ans, et l’accès deviendra plus aisé pour les entreprises plus avancées dans leur progression.

Le gouvernement entend également développer et soutenir la création des « grappes », des associations de compagnies par leur champ de compétence régionales. Le plan vise aussi à doubler le nombre d’entreprises à forte croissance d’ici 2025, particulièrement dans les secteurs des technologies propres, des technologies de la santé et de l’industrie numérique.

Dans sa démarche, le gouvernement du Canada appuie les secteurs en croissance dans le domaine de l’innovation, soit les technologies propres, l’agroalimentaire et l’industrie numérique, pour y encourager le développement économique et la création d’emploi.

La compétence en 4 points

Le Plan pour l’innovation et les compétences prévoit la formation et le soutien de la main d’œuvre dans l’économie changeante, et qui vise à la création et au maintien des emplois à travers le pays.

Ce sont au total 2,7 milliards$ qui sont alloués sur une période de 6 ans pour la formation continue et le soutien à la formation professionnelle: une aide au retour aux études, la mutation d’emploi ou l’apprentissage intégré au travail.

Si le Canada est réputé pour avoir une main-d’œuvre éduquée, le gouvernement souhaite renforcir cette position par la création d’ententes et de programmes en matière de formation d’effectifs. Mentionnons également l’objectif de fournir plus de 10 000 stages en entreprises annuellement, par l’entremise de Mitacs, organisme sans but lucratif qui établit des partenariats entre l’industrie et les établissements d’enseignement.

La documentation budgétaire rappelle que c’est en misant sur la compétence, en comblant les écarts, en appuyant la formation continue et la réinsertion que le Canada doit investir dans l’innovation, et le ministre des Finances entrevoit alimenter de nombreux programmes et ententes provinciales en la matière. Et c’est pourquoi, dès le primaire, les élèves commenceront à découvrir les technologies numériques.

L’économie doit s’adapter et évoluer au gré des avancements technologiques. Et si les dernières décennies ont été fructueuses dans le domaine, il faut s’assurer de pouvoir suivre l'avancement rapide, tant par ses installations que ses effectifs.

Le ministre fédéral Morneau propose un budget tourné vers l’avenir au moment où les entreprises doivent composer avec de grands bouleversements technologiques. Si bien des aspects ne sont pas encore déterminés au moment du dépôt, il est juste d’affirmer que le gouvernement pourra certainement fournir une aide à l’industrie manufacturière, particulièrement en ce qui concerne les ressources humaines.