La sous-traitance industrielle offre aux entreprises manufacturières la possibilité de mieux se recentrer sur leurs activités principales et de profiter de l’expertise de différents prestataires afin d’optimiser leurs performances. Cependant, comme toute autre forme de collaboration, elle implique la mise en présence d’entités différentes, généralement autant dans leur structure que dans leurs processus. Pour garantir une collaboration saine et bénéfique entre le donneur d’ordre et ses prestataires, il est donc important d’être conscient des risques liés à la qualité du travail sous-traité, ainsi que ceux liés aux aspects juridique, sécuritaire et social, au transport, etc.. Concrètement, cela implique, pour le donneur d’ordre, une définition claire et précise de sa politique de contrôle de la qualité en sous-traitance, un aspect particulièrement important dans le domaine manufacturier. Celle-ci doit impérativement prendre en compte les éléments suivants :

Une définition claire des normes de qualité avant la sélection

Une bonne stratégie de gestion des risques doit inclure des dispositions pratiques en aval, avant même le choix du prestataire. À ce stade, il est en effet indispensable, pour le donneur d’ordre, d’établir des indicateurs de performance clairs et précis qui seront pris en compte dans le processus de sélection du ou des bons sous-traitants. Ces indicateurs incluent notamment la qualité, la fiabilité, le respect des délais ou encore le niveau de satisfaction client.

Le contrôle de la qualité du contrat

Après la sélection de l’entreprise sous-traitante, en tenant compte des critères évoqués plus haut, vient une phase majeure : celle de l’établissement du contrat bilatéral. L’objectif étant de garantir la sécurité des deux parties, ce dernier doit être établi de façon à éviter deux principaux écueils : un contrat ultraréglementé freinant la réalisation pratique de la prestation, et le contrat trop large, sans assez d’encadrement. Il doit donc définir, de façon aussi précise que possible, les tâches à réaliser et leurs modalités de réalisation, mais aussi les procédures de contrôle et de sanction (pénalités éventuelles), sans oublier les conditions de son renouvellement. À cet effet, il doit impérativement comprendre les trois principaux chapitres suivants :

  • Le cahier de charges techniques;
  • Les clauses financières et juridiques;
  • Les clauses d’organisation des relations opérationnelles entre les deux parties.

 

C’est notamment sur ce dernier point que le rôle du contrôle de la qualité en sous-traitance doit clairement s’affirmer en définissant, entre autres, les procédures de contrôle, de coordination et de planification de l’activité du sous-traitant. En étroite collaboration avec le service juridique, le service chargé du contrôle de qualité devra s’assurer de l’établissement de clauses bien précises et adaptées au cadre légal en vigueur.

L’audit et le contrôle pour optimiser la production et la qualité

Pendant l’exécution du contrat, le contrôle de la qualité en sous-traitance consiste en l’évaluation continue du prestataire afin de s’assurer du respect des normes de qualité et de fonctionnement établies comme conseillé plus haut. L’objectif est de s’assurer que le prestataire fournit effectivement la qualité de produit convenue, mais également qu’il respecte toutes les dispositions dans le cadre de ses opérations courantes. Conformément aux règles établies dans le contrat, il s’agira également de pouvoir s’assurer que les mesures adéquates sont prises en cas de dysfonctionnement ou de malfaçon obligeant le prestataire.

Mais l’une des responsabilités majeures du service chargé du contrôle de la qualité en sous-traitance est de pouvoir définir, sur la base des évaluations réalisées, les mesures nécessaires à l’amélioration des performances du sous-traitant. La productivité et la performance étant des enjeux majeurs dans ce type de collaboration, pouvoir corriger et améliorer les processus, tout en optimisant les coûts, doit en effet demeurer une obligation au niveau du donneur d’ordre.

Un regroupement d’entreprises de sous-traitance, pour une gestion plus simple des risques

Dans le cadre d’un besoin en sous-traitance sur le moyen long terme, s’adresser à un regroupement d’entreprises spécialisées en sous-traitance industrielle présente d’intéressants atouts, tels qu’évoqués dans ce précédent article. En ce qui concerne le contrôle de la qualité en sous-traitance, cette formule permet d’homogénéiser les procédures et les règles et de bénéficier ainsi d’un service global de qualité uniforme. Le fait de s’adresser à un interlocuteur unique facilite par ailleurs la communication entre le donneur d’ordre et les différents prestataires.

Installé à Québec et intervenant dans le monde entier, le Groupe Hyperforme vous offre des solutions adéquates pour une gestion optimisée de la qualité des services dans le cadre de vos différents besoins en en sous-traitance industrielle. Nous sommes votre interlocuteur unique pour tous vos besoins en matière de transformation de matériaux de fabrication (caoutchouc, bois, métal ou plastiques), de traitement de surfaces, de maintenance industrielle, d’électromécanique et de robotique.

 

endroit_161027