Les technologies de l’information modernes ont popularisé le stockage virtuel; le cloud est omniprésent. Le secteur manufacturier bénéficie maintenant d’une occasion favorable équivalente avec l’arrivée de la quatrième révolution industrielle. Au-delà des ordinateurs programmés, les composantes de la chaîne de montage sont désormais dotées d’une intelligence artificielle autonome, et peuvent communiquer entre elles. Bienvenue dans l’ère de l’industrie 4.0.

Au XIXe siècle, la mécanisation change à jamais la production de masse au Canada. Ce n’est qu’à l’arrivée de l’électricité que les habiletés manufacturières effectuent un autre bond en avant, jusqu’à l’intégration de l’automatisation, qui en renforce la performance. La récente technologie du cloud ou de l’infonuagique  permet la communication entre ces entités informatiques dorénavant autonomes.

En référence à la quatrième grande technique, le terme d’industrie 4.0 est un emprunt au plan « Stratégie High Tech 2020 » dont l’Allemagne s’est dotée en 2006, notamment pour stimuler son économie et conserver une position enviable en matière de fabrication manufacturière.

Quelles sont les caractéristiques d’une industrie 4.0?

Déjà bien entamé, le virage 4.0 permet aux entreprises d’organiser les moyens de production en utilisant des systèmes cyberphysiques et la technologie infonuagique.  Essentiellement, les éléments de la chaîne de montage sont automatisés et autonomes, capables de décision, et peuvent communiquer entre eux sans intermédiaire humain.

Tout au long de la fabrication, l’information est collectée et analysée, permettant à chaque entité virtuelle d’améliorer ou d’adapter sa fonction, ou de répondre à un besoin spécifique, par exemple pour créer un objet personnalisé. Ces mêmes variables sont emmagasinées dans le nuage informatique, auquel sont reliés tous les autres mécanismes électroniques et les outils de gestion de l’entreprise.

L’entreposage d’information de façon numérique permet également de lier des sites de fabrication distincts tout en décentralisant la prise de décision, libérant l’administration du fardeau d’analyser la quantité de données colossale dans le cadre de sa gestion.

Pourquoi faire la transition?

Au Québec, l’industrie 4.0 est arrivée et s’implante dans les usines d’ici. Cette nouvelle technique est un outil d’une adaptabilité considérable pour optimiser et diversifier sa production, et donc, rester performant.

La connectivité d’une entreprise permet l’implication à distance des différentes entités dans les nombreux aspects de la création. Un portail virtuel peut également entretenir la liaison entre le client et la chaîne de montage, donnant lieu à un rapprochement au fil des étapes.

La technologie étant relativement nouvelle, il est important de s’entourer de bons partenaires pour mener à bien la transition et le maintien des systèmes cyberphysiques. Cependant, l’infonuagique étant déjà usuelle dans différents secteurs économiques, la sécurité et la gestion sont des notions bien implantées. Et si l’investissement paraît substantiel, le Ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation du Québec propose déjà une aide financière pour le passage à l’industrie 4.0.

Groupe Hyperforme, et son président Denis Dupont, se veulent très intéressés dans l’intégration de l’industrie 4.0 au Québec. Toujours à la recherche de stratégies créatives et novatrices pour les manufactures d’ici, nous encourageons les entreprises qui proposent des solutions adaptées à se faire connaître et à nous contacter.


TROUVEZ LE BON SOUS-TRAITANT ET PROFITEZ DE NOTRE EXPERTISE SANS FRAIS