Le ministre des Finances du Québec Carlos Leitão dépose à son tour le budget pour l’exercice 2017-2018. À l’issue d’une récente période de coupures et d’équilibre budgétaire, le Plan économique du Québec prévoit dorénavant un financement considérable pour le développement commercial et économique.

Pour l’industrie manufacturière, le coup de pouce à l’intégration des immigrants, l’injection de fonds dans les régions, ainsi que le soutien au virage numérique sont des mesures qui retiennent l’attention.

Le développement économique en 4 points

De manière plus large, le gouvernement cherche à stimuler l’économie en région, et à en développer son autonomie et son pouvoir en allouant 1,2 milliard $ à cet objectif, notamment par le Plan Nord et la Stratégie maritime.

Le budget dédie un financement de 440 millions $ à la croissance, par la promotion de l’entrepreneuriat, l’aide aux entreprises en essor, en plus d’un appui aux pôles d’économie sociale.

Le ministre débloque la somme de 830 millions $ afin de stimuler la recherche et l’innovation. De ce nombre, une partie est redirigée vers les Fonds de recherche tandis qu’un peu plus du tiers est réinjectée directement en recherche et innovation. Enfin, 100 millions $ sont destinés à l’implantation d’une « super-grappe » dédiée à l’intelligence artificielle, et 125 millions $ sont réservés au secteur manufacturier innovant.

Le Plan économique du Québec encourage l’investissement des entreprises, entre autres en instaurant une déduction additionnelle de 35 % pour amortissement afin de stimuler le virage numérique.

 

L’éducation et la main-d’œuvre en 2 points

L’état veut investir au-delà de 330 millions $ en éducation dès la petite enfance, dans l’accompagnement du parcours scolaire et dans l’enseignement supérieur. En se basant sur les résultats de consultations avec l’industrie, la formation d’effectifs performants et adaptés aux conditions des marchés devient une nécessité.

En matière de main-d’œuvre, plus de 290 millions $ sont octroyés à la promotion et à l’orientation vers les métiers en demande, et le soutien aux immigrants. Par cette même enveloppe budgétaire, Québec appuie également les entreprises dans leur gestion des ressources humaines et contribue à la formation continue et le développement des compétences.

 

Si le budget 2017 prévoit un investissement important pour encourager la croissance économique, les industries du Québec y retrouvent certaines annonces attrayantes, particulièrement en innovation. Il est clair qu’au-delà du bien-être commun, le ministre Leitão souhaite épauler les donneurs d’emploi et les entreprises, en facilitant la transition au numérique et la formation de main-d’œuvre.